Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de vert-le-grand-nature-environnement-officiel
  • : Nos pôles d’intérêts sont d'ordre environementaux, décharges, usine d'incinération, gaz de schiste principalement car nous sommes directement concernés, et d'une manière générale tout ce qui touche à la nature et au bien vivre.
  • Contact

Recherche

6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 17:28
LE COLLECTIF 91 NON AUX GAZ DE SCHISTES vous invite à participer à cette journée internationnale d'action contre la fracturation hydraulique:
N'INSCHISTEZ PAS ! ON VOUS DIT NON !

PAS D’EXPLORATION NI D’EXPLOITATION
DES GAZ, HUILE (PETROLE) DE SCHISTE

SOYONS NOMBREUX Á LEUR MONTRER

Samedi 19 Octobre 14H30

Devant la Mairie du Plessis-Pâté
Puis
Départ en cortège (voitures et/ou vélos)
vers Le siège de Vermillion Energy
Situé à Vert-le-Grand

FAISONS-NOUS
ENTENDRE
Casseroles et cuillères en bois bienvenues….

NI ICI, NI AILLEURS,
NI AUJOURD’HUI, NI DEMAIN !

Pour nous contacter :
Blog : http://essonnesansgazdeschiste.blogspot.fr
Email: nonaugazdeschiste91@yahoo.fr
Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 19:02
COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU COLLECTIF 91 NON AUX GAZ ET PETROLE DE SCHISTE
Les mensonges de l'OPECST
Rapport d’étape
L'Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST)
présentait le 6 juin dernier un rapport d'étape sur les «techniques alternatives à la
fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste».
Ce rapport ne traite aucunement des alternatives possibles, mais fait au contraire l'apologie de la fracturation
hydraulique, qu'il présente comme la technique «la plus efficace et la mieux maîtrisée pour extraire les
hydrocarbures non conventionnels».
Les arguments avancés par l’OPECST et ses deux rapporteurs n’apportent aucun élément nouveau
susceptible de remettre en cause les règles, lois, en vigueur dans notre pays. Ils se reposent même sur des
affirmations profondément contestables concernant les avantages à explorer et exploiter les gaz et huiles de
schiste. Le député Christian Bataille (PS) et le sénateur Jean Claude Lenoir (UMP), premiers promoteurs de
ce rapport d'étape, mettent tout en oeuvre pour ouvrir la porte à l'extraction des gaz et huiles de schiste.
Est-ce délibérément que ces deux honorables parlementaires font l'impasse sur une multitude d’informations
pourtant peu empreintes de subjectivité?
On peut dès lors se poser légitimement la question de leur « lobbylisation » et de leur incompétence
conjuguée, tellement les inexactitudes du rapport d’étape présenté sont flagrantes et nombreuses.
Sur 75 auditions effectuées par MM. Bataille et Lenoir, 73 sont le fait de pro-gaz de schiste.
Aucune analyse sérieuse n'est faite sur les retombées environnementales et sanitaires graves. Pas plus que
sur la viabilité économique d'une technique ruineuse à moyen terme.
On ne peut qu’avoir honte du peu de crédibilité à donner à ce rapport d’étape, financé sur les deniers
publics, et qui n’apporte aucun élément nouveau, puisqu'il se contente de reprendre les arguments fallacieux
du Medef et des «pétrogazeux».
Le Collectif 91 dénonce la malhonnêteté flagrante de ce rapport d’étape qui n’a d’autre but que de
manipuler les médias (création de 100 000 emplois... produits bio injectés dans les puits… aucune mention
d’une quelconque concertation avec la population locale où auraient lieu l’exploration et l’exploitation... des
fissures réduites à l'épaisseur d'un cheveu, etc…..) et de rendre de manière insidieuse socialement
acceptable l’exploration et l’extraction de ces hydrocarbures non conventionnels.
Exploiter ces ressources fossiles en France ou ailleurs et ce, quelle que soit la technique utilisée, ne ferait
qu’accroître nos émissions de gaz à effet de serre en nous enfonçant encore un peu plus dans la crise
climatique. Il a aussi été scientifiquement prouvé que l'exploitation des gaz, huiles et pétrole de schiste
entraîne principalement des contaminations de l'eau potable, des fuites importantes de méthane, des
pollutions de l'air et des pathologies graves (troubles endocriniens, silicoses, cancers...) qui se sont
développées chez des personnes vivant aux abords des puits de gaz et pétrole de schiste déjà exploités.
Bref, le vrai visage des gaz, huile et pétrole de schiste", ce sont surtout les risques et les nuisances qui y
sont associés.
Il est proprement scandaleux de ne pas avoir traité, dans ce rapport d'étape, des conséquences graves et
éminemment préjudiciables aux populations de ce type d'activité.
C’EST POURQUOI NOUS DÉNONÇONS ce pseudo-rapport d’étape dont les résultats prévisibles font
porter à leurs auteurs une lourde responsabilité face aux risques majeurs et avérés liés à l’éventuelle
exploration et exploitation des gaz, huile et pétrole de schiste.
Collectif 91, NON au gaz et pétrole de schiste
Pour nous contacter :
Blog:http://essonnesansgazdeschiste.blogspot.fr
Email: nonaugazdeschiste91@yahoo.fr
Pour nous le pétrole et gaz de schiste c’est :
Ni Ici Ni Ailleurs, Ni Aujourd'hui Ni Demain
Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 18:27
Jean-Paul Chanteguet
samedi 8 juin 2013
Jean-Paul Chanteguet, député PS de l’Indre et président de la Commission du développement durable de l’Assemblée nationale, a publié une vive critique du rapport de l’OPECST favorable au gaz de schiste.

06.06.2013, Communiqué de presse de M. Jean-Paul Chanteguet,
Président de la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire
L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques a publié ce jeudi 6 juin un rapport d’étape sur « les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels », qui concerne principalement le gaz de schiste.
Les propositions de ce rapport, visent à relancer un débat tranché par le gouvernement et le parlement, qui ont interdit la fracturation hydraulique, seule méthode capable d’extraire de la roche mère le gaz de schiste
Les arguments avancés par l’OPECST n’apportent aucun élément nouveau susceptible de revenir sur les choix opérés. Ils font également état d’affirmations profondément contestables concernant les avantages à explorer et exploiter le gaz de schiste.
  La création de 100 000 emplois avancée par le cabinet privé SIA Conseil donnerait la mesure de l’enjeu économique. Le chiffre attire évidemment l’attention en cette période de chômage massif. Il donne malheureusement de faux espoirs.
L’expérience américaine démontre qu’une fois le puits mis en place, il faut moins d’une personne pour le faire fonctionner. Seule la course éperdue, qui a conduit à creuser 500 000 puits aux Etats-Unis en huit ans, a permis de renouveler les emplois. Ce qui n’est pas réalisable en France, étant donné l’occupation de notre espace géographique et notre densité de population.
  La compétitivité de notre industrie serait relancée grâce à la baisse du prix du gaz. Là encore comparaison n’est pas raison. Le marché américain, qui fixe un prix en fonction de l’offre et de la demande sur le court terme, permet des baisses considérables.
Le marché européen, basé sur des contrats à long terme, indexe le prix du gaz sur celui du pétrole et l’aligne toujours sur le prix le plus élevé, de façon à permettre de couvrir les coûts du gaz importé. Ni les ménages ni les entreprises n’ont donc à attendre de baisse du prix. Sur le long terme, même les Etats-Unis risquent de vivre l’éclatement d’une bulle. Les rendements sont si décroissants que des compagnies gazières, telles que Chesapeake Energy Corp jugent le prix insoutenable et que le PDG d’Exxon affirmait en juin dernier : « Nous perdons tous nos chemises. Nous ne faisons pas d’argent. Tous les signaux sont au rouge. »
  Une exploration des gaz de schiste respectueuse de l’environnement serait possible, puisque « la fracturation peut se concevoir uniquement avec des produits de type ménager et/ou d’usage alimentaire ».
Pourtant cette technique de production utilise aujourd’hui 750 composés chimiques, dont 29 ont été reconnus cancérigènes et à risque pour la santé humaine, auxquels il faut ajouter l’arsenic et les éléments radioactifs qui remontent des couches fracturées vers la surface. La captation de la ressource en eau (20 millions de litres par puits) provoque des conflits d’usage entre l’industrie pétrolière, les citoyens et les agriculteurs.
Enfin la noria de camions (un millier de trajets par puits) pour transporter le matériel, l’eau et le gaz provoque des nuisances sonores, oblige à un lourd entretien des routes et entraîne l’artificialisation de territoires naturels et la destruction d’écosystèmes.
  Le gaz de schiste français devrait pouvoir se substituer aux coûteuses importations d’énergie fossile, poursuivent les rapporteurs, qui prennent pour acquis que les ressources mondiales sont très importantes.
Pourtant la Pologne, qui a fondé sa décision d’exploration sur la base des estimations des agences américaine et internationale, a dû rapidement déchanter. Sur les 43 puits creusés, seuls 12 ont produit du gaz, provoquant le retrait de deux compagnies américaines du territoire polonais.
Si l’on ne sait donc pas ce que recèle notre sous-sol, il convient de l’estimer, défendent les rapporteurs. Ils proposent pour ce faire, d’utiliser la « sismique », une technologie non invasive basée sur le principe de l’échographie. Pour être non destructrice, cette technique est également purement indicative et destinée en fait à ouvrir la porte à « quelques dizaines de fracturations » qui seules donneraient de réels renseignements.
  La réforme du code minier devrait faire bénéficier les propriétaires du sol de l’exploitation des ressources du sous-sol, proposent les rapporteurs, afin de créer un intérêt local à l’exploitation. Non seulement ce code doit au contraire maintenir l’Etat dans son rôle d’arbitre de l’intérêt public, qui n’est pas la somme de quelques intérêts privés mais sa réforme doit conduire à une meilleure défense de l’environnement, à laquelle nous oblige de toute façon le renforcement du droit européen (directives eau, sol, Reach).
  Enfin les rapporteurs proposent de financer les énergies renouvelables grâce aux « éventuelles retombées financières du gaz de schiste ».
L’existence de ces retombées reste à prouver, surtout après le paiement de toutes les externalités négatives, qui ne sont considérées à aucun moment dans ce rapport.
Par ailleurs l’empreinte carbone du gaz de schiste est équivalente à celle du charbon à travers ses émissions de gaz carbonique et de méthane. Son exploitation ne ferait au contraire que retarder le passage à l’énergie du futur, en s’obstinant dans une voie du passé et en exploitant à des coûts toujours croissants pour le climat, l’environnement et la santé les dernières ressources fossiles disponibles.


Source : Courriel à Reporterre
Photo : Terre sacrée.org

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 09:49
Partager cet article
Repost0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 12:46

 

 

Depuis le début du mois d’avril, le collectif 91 non aux gaz de schiste a entamé une série de réunions d’information sur la problématique de la fracturation hydraulique et ses effets particulièrement néfastes sur l’environnement et le cadre de vie pour les habitants des territoires concernés.

 

Quatre réunions se sont déjà tenues en présence d’un public très intéressé et avide d’informations, le 5 avril à Vert le Grand, le 11 à Lisses en présence du Maire, le 12 à Cheptainville en présence du Maire, le 18 à Bondoufle également en présence du Maire.

Nous avions un ou deux intervenants extérieurs :

Jacques Thibieroz, géologue, présent à Vert le Grand et Bondoufle

Thomas Porcher, économiste présent à Lisses et Bondoufle

A Cheptainville le Dr. Alain Ducroux et Isabelle Levy sociologue, du collectif 77 nous ont apporté leur concours.

 

Nous étions déjà bien informés sur ce problème, mais ces débats nous ont fournis des renseignements complémentaires importants tirés des expériences américaines et canadiennes, en particulier sur la dangerosité des produits injectés avec l’eau et le sable. En effet 93% de ces produits sont dangereux pour la santé humaine et 30% sont des cancérigènes déclarés. Pour rappel une opération de fracturation sur une ligne de drain consomme 10 000 à 20 000m3 d’eau, soit 1 terrain de foot recouvert de 4m d’eau, 1000 à 2000t de sable, le même terrain recouvert de 65cm de sable et cerise sur le gâteau, un cocktail de 300m3 de ces fameux produits chimiques.

 

Thomas Porcher nous a démontré le mirage économique de ce fameux gaz de schiste dans lequel l’impact environnemental, ainsi que les conséquences sur la santé humaine, ne sont absolument pas pris en compte.

 

D’autres réunions sont d’ores et déjà programmées :

 

Plessis Pâté le jeudi 23 mai à 20h30 à l’espace Michel Berger ( avenue Tourelles)

Morsang le jeudi 30 mai à 20h30 à la maison de la citoyenneté ( avenue René Cassin)

Les Ulis le jeudi 6 juin à 20h30, lieu en attente.

 

Venez vous y informer, vous êtes tous concernés et menacés.

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:18

 

Publication d'Essonne info cette  semaine

Cliquez ici : link

Partager cet article
Repost0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 09:58
Le gaz de schiste fait débat

link

Les grandvertois y étaient

Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 16:11

VERT LE GRAND NATURE ENVIRONNEMENT

ET LE

COLLECTIF 91 NON AUX GAZ ET PETROLE DE SCHISTES


VOUS INVITENT A UNE REUNION DEBAT

SUR LES RISQUES ENCOURUS PAR LES

POPULATIONS LOCALES LORS DE L'EXPLOITATION

DES GAZ ET PETROLES DE SCHISTES

 

Projection du documentaire: 20 000 puits sous les terres

Exposé de M. Jacques Thibieroz, maitre de conférence à l'Institut Pierre et Marie Curie

Explication du procédé de la fracturation hydraulique et de ses conséquences environnementales

 

VENDREDI 05 AVRIL 20H30

Salle de l'auberge, place de la mairie

à VERT LE GRAND

 

NI ICI -NI AILLEURS

NI AUJOURD'HUI - NI DEMAIN

Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 18:50
Avant-première du film Promised land

Mardi 2 avril 2013, à 20h30
Les Cinoches RN 7

Promised land
de Gus Van Sant (USA, VO, avec Matt Damon, Rosemarie DeWitt,
Frances McDormand, durée : 1h46)

Steve Butler, représentant d’un
grand groupe énergétique, se rend
avec Sue Thomason dans une petite
ville de campagne.
Les deux collègues sont convaincus
qu’à cause de la crise économique
qui sévit, les habitants ne pourront
pas refuser leur lucrative proposition
de forer leurs terres pour
exploiter les ressources énergétiques
qu’elles renferment.
Ce qui s’annonçait comme un jeu
d’enfant va pourtant se compliquer
lorsqu’un enseignant respecté critique le projet, soutenu
par un activiste écologiste qui affronte Steve sur le plan
professionnel et personnel...

Sortie nationale le 17 avril 2013

Séance aux tarifs habituels

Projection en partenariat avec le Collectif 91,
Non aux gaz et pétrole de schistes.

En plein débat sur la transition énergétique, le gaz de
schiste fait désormais partie des sujets d’actualité les
plus brûlants en matière d’énergie et d’environnement.

Les Cinoches RN 7 - Place Jacques-Brel
91 130 Ris-Orangis
Partager cet article
Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 23:54
Exploitation du gaz et pétrole de schiste en Essonne

NOUS sommes tous menacés !

Le collectif Non au gaz et pétrole de schiste 91
et l’association
VERT LE GRAND NATURE ENVIRONNEMENT
vous invitent à une réunion publique/débat le

5 Avril à 20h30
Salle de l’auberge
VERT LE GRAND

Autour du documentaire« 20 000 puits sous la terre »
avec la présence de Jacques Thibiéroz
ancien Maître de conférences en sciences de la terre à l’Université Pierre et Marie Curie spécialisé en gisements minéraux

Pour nous les gaz et pétrole de schiste c'est :
NI ICI, NI AILLEURS, NI
AUJOURD’HUI,NI DEMAIN !

CITOYENS-ASSOCIATIONS-ORGANISATIONS POLITIQUES

Pour nous contacter :
Blog:http://essonnesansgazdeschiste.blogspot.fr
Email: nonaugazdeschiste91@yahoo.fr
Blog VLGNE : vert-le-grand-nature-environnementofficiel.over-blog.com
Partager cet article
Repost0